Le silence des survivants, de Andrea H. Japp

Résumé :

Simon Kaplan est un survivant des camps de concentration nazis. Installé aux États-Unis et cultivant à présent l'art d'être grand-père, il a tissé des liens très forts avec sa belle-fille, Sok Bopah, rescapée des camps des Khmers rouges, devenue Isabel après son évasion du Cambodge. Dans le silence de l'indicible et de la souffrance, ils tentent de reconstruire une vie faite d'amour et de générosité autour des enfants sur lesquels pèse l'éclipse d'une vérité trop dure à supporter. Mais l'horreur resurgit lorsque la petite-fille de Simon est assassinée et que le tueur semble vouloir s'acharner sur la famille Kaplan. Dès lors, Simon et Isabel refusent d'être de nouveau des victimes et décident d'anéantir le bourreau.

Andrea Japp signe un roman d'une très grande noirceur. Les protagonistes sont campés avec une réalité bouleversante au travers d'un sujet toujours d'actualité : la connaissance du passé peut-elle éclairer le présent pour le libérer de ses tares les plus abjectes ? --Claude Mesplède

Mon avis :

L'histoire de cette cambodgienne réchappée des Khmers rouges qui s'unit à son beau-père polonais qui a survécu aux camps nazis pour capturer le meurtrier de Samantha, leur fille et petite-fille, est émouvante. On est pris dans l'histoire, les caractères des personnages nous envoûtent. Un bon roman policier, avec également toute une partie psychologique pour mieux comprendre le mental des protagonistes.