CVT_LAraigne_4575

4ème de couverture : 1938. Un appartement bourgeois, place des Vosges. Gérard Fonsèque y vit avec sa mère et ses trois soeurs. Jeune homme maladif, il reste confiné dans sa chambre où il compte écrire un essai philosophique qui, bien sûr, sera le chef-d'oeuvre du siècle... En fait, il se complaît dans un délire hypocondriaque et exerce une subtile tyrannie sur ces quatre femmes qui sont tout son univers.
De toutes les forces de son amour, de son égoïsme et de sa jalousie, il refuse que ses soeurs se marient et utilise les ressources d'une imagination destructrice pour briser leur bonheur et les garder près de lui. En vain : peu à peu il voit sa propre vie s'effilocher et sera finalement victime de la toile qu'il a patiemment tissée.
Dans cet oppressant huis clos, Henri Troyat oppose, avec un art subtil, la banalité des détails à la violence des sentiments, la monotonie de la vie quotidienne à l'exaltation des héros qui tentent désespérément de s'en délivrer. Un très grand roman, qui n'a pas pris une ride.

Mon avis :

 

Un grand livre de Henri Troyat que je conseille car c’est vraiment du grand art…. le personnage principal est à la fois répugnant  et compréhensible. Beaucoup d’analyse des personnages, principaux ou secondaires. Les sentiments exacerbés ou refoulés des personnages sont les mêmes sentiments qui nous animent tous à un moment ou l'autre.... et on se retrouve effaré en voyant où ils peuvent conduire l'être humain qui ne sait leur résister...

Ce livre a obtenu le prix Goncourt…

 

sm_cvt_Une-Extreme-Amitie_2374

Une extrême amitié, de Henri Troyat

Résumé :

Avec un certain agacement jean Heurtelot reconnaît Bernard Grimaud dans la foule qui déambule sur le petit port méditerranéen où il vient d'arriver avec sa femme Madeleine pour fêter leur anniversaire de mariage. Voici quinze ans qu'ils sont mariés et il y en a dix-sept qu'il a perdu Bernard de vue. Ce qu'il redoute se produit : Bernard l'aperçoit, s'approche. Les souvenirs défilent tandis que le trio devise. Puis le miracle se renouvelle, l'amitié d'autrefois reprend aussi vive entre jean, à présent médecin et directeur de recherches au C.N.R.S., et Bernard, homme d'affaires et chasseur de plaisir, toujours aussi séduisant, toujours aussi libre.

De quoi est faite cette « extrême amitié »? D'une admiration profonde de la part de jean, pour qui Bernard symbolise ce qu'il ne sera jamais ? l'homme du monde avec son aisance, l'homme à femmes, l'aventurier, le « martin-pêcheur », celui à qui tout réussit. Mais de la part de Bernard?

C'est la poignante? interrogation qui s'impose au docteur Heurtelot quand un coup de téléphone l'appelle dans un hôpital de banlieue où reposent côte à côte sa femme et son meilleur ami, tués ensemble dans un accident d'auto.

 

Mon avis :

Une histoire qui m'a mise mal à l'aise. Un couple qui pourrait être heureux, qui est heureux d'ailleurs, jusqu'au jour où l'Ami revient dans la vie de ce couple et fiche tout en l'air.

j'ai retrouvé dans cette histoire les sentiments de "l'araigne" mais autant dans ce livre, j'avais un peu "d'amitié" pour le malheureux héros mal dans sa peau avant tou, autant dans ce roman-ci, je n'ai que mépris pour ce type qui casse tout autour de lui et pour ce mari qui se laisse faire et manipuler...

quelqu'un parmi vous l'a t'il lu ? qu'en avez-vous pensé ?